Le Belge Wout van Aert a remporté samedi la 111e édition de Milan-San Remo, la première grande classique de la saison cycliste, devant le Français Julian Alaphilippe, vainqueur l’an passé.

Revenu à très haut niveau, Julian Alaphilippe a finalement buté sur le Belge Wout van Aert qui a remporté samedi Milan-San Remo, la première grande classique de la saison cycliste, et l’a privé d’une deuxième victoire. « Il mérite vraiment sa victoire », a salué le Français, devancé d’une roue à l’arrivée de la plus longue course de la saison, soit 305 km sous un soleil estival.

En huit jours, « une semaine incroyable » de l’aveu souriant du Belge, Van Aert a imité Alaphilippe qui avait lui aussi gagné les Strade Bianche puis Milan-San Remo l’an passé. Triple champion du monde de cyclo-cross avant de se consacrer surtout à la route, le Belge a remporté à l’âge de 25 ans son premier « monument ».

« Je suis quand même content mais c’est un peu frustrant d’être passé près de la victoire », a déclaré Alaphilippe, qui a enflammé la course tout comme en 2019. C’est lui qui est passé à l’attaque au seuil des 6 derniers kilomètres, dans le Poggio, la dernière difficulté du parcours.

« Je savais que ce serait difficile »

Van Aert, décroché sur la violente accélération du Français, a basculé au sommet à 4 secondes. Mais il est revenu dans la descente. « Je sentais que j’avais passé la limite », a expliqué Alaphilippe à la chaîne L’Équipe. « J’ai attendu Wout et j’ai essayé de sortir le plus beau sprint possible. Je savais que ce serait difficile ».

Si les premiers poursuivants ont eu le duo en point de mire dans les rues de San Remo, ils ont observé un temps d’observation qui leur a interdit d’effectuer la jonction, à 2 secondes près. Pour la troisième place, l’Australien Michael Matthews a réglé le Slovaque Peter Sagan dans un groupe qui comprenait également le Français Arnaud Démare, l’un des rares sprinteurs à n’avoir pas été distancé dans le Poggio.

« C’est le plus fort qui gagne », a estimé Alaphilippe après avoir bouclé son résultat le plus probant de la saison. Accablé par les crevaisons aux Strade Bianche, où il n’avait pu se mêler aux premiers rôles, il affichait profil bas au départ de Milan.

Sept heures plus tard, une très longue journée, les doutes étaient levés. « Un podium dans un monument, c’est bien, même si deuxième, c’est nul aux yeux de certaines personnes », a-t-il dit, visiblement rassuré. « Je me sens de mieux en mieux. C’est quand même une surprise de passer si près de la victoire et ça fait beaucoup de bien ».

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *